// david trubridge

12.05.2006 // auteur : Léna // habiter

Glide300.jpg

Voyagez dans votre salon

Après avoir démarré la semaine sur une avancée majeure, qui fait concrètement avancer les choses, nous entamons le week-end sur un ton radicalement différent mais que nous n’aimons pas moins : celui de la poésie du design.

David Trubridge, anglais d’origine, architecte naval de formation, créé des meubles à l’image de la terre où ses bateaux l’ont échoué : la Nouvelle-Zélande. Symboles d’une nature forte et rebelle, ces meubles ouvrent l’imaginaire.

Allongé sur Glide (photo), vous êtes fragilement embarqué sur une mer qui clapote pour l’instant, mais qui pourrait très rapidement se réveiller et vous renverser comme une brindille… La chaise-longue devient symbole de la fragilité de la vie, de la dépendance de l’homme envers son environnement.

Laisser une empreinte légère

Snowflake-detail.jpg“I work within the limits of what I have and know,
simplicity and low impact,
natural materials and processes,
leaving a delicate footprint”

(je travaille dans les limites de ce que j’ai et de ce que je sais, avec simplicité, en réduisant mon impact, avec des matériaux et selon des processus naturels, en laissant derrière moi une empreinte légère)

Les objets de David Trubridge ont beau être porteurs d’un message, ils n’en restent pas moins des objets, dont l’utilité peut être questionnée. Pour en réduire l’impact, il les fabrique avec du bois local, issu de forêts gérées durablement, et les conçoit pour que leur fabrication soit la plus simple possible.

Mais l’éco-design ouvre bien d’autres voies : rechercher une forme ou un coût d’accès universel ; prévoir les futures vies d’un objet dès sa conception, pour qu’il ne devienne pas un déchet ; dématérialiser, c’est-à-dire remplacer l’objet par un service…

Si vous voulez en savoir plus, nous vous invitons à lire The eco-design handbook, de Alastair Fuad-Luke aux éditions Thames & Hudson : une vraie bible en la matière !

3lampes200.jpg

Points de vente et stage d’été

Points de vente en France :

- Paris : Galerie Sentou Raspail, 26 bd Raspail
- Aix En Provence : La maison Montigny, 5 rue Lucas de Montigny
- Montpellier : Lluck, 16 bd du jeu de Paume
- Marseille : Marsiho, 1 rue de Breteuil
- Toulouse : Totema, 25 rue d’Armagnac
- Biarritz : Extrapole, 2 avenue du maréchal Joffre
- Caen : Moba, 86 rue St Martin
- Nice : Loft, 25 rue de la Buffa

Vous pouvez aussi acheter son fauteuil Rocker sur le site de la Camif !

Pour ceux qui s’intéressent au processus de création, David Trubridge participera, cette année encore, aux séminaires d’été proposés par le Centre Georges Pompidou et le Vitra Design Museum au domaine de Boisbuchet (Poitou-Charentes). Du 2 au 8 juillet, il partagera sa vision du « Design for Survival » avec les heureux participants (qui auront déboursé 845€). Pas besoin d’être artiste : David Trubridge vous invitera tout simplement à élaborer un repas, en utilisant ce qui vous tombe sous la main…

Et pour tous ceux qui n’ont pas les moyens de s’offrir un meuble ou un stage, ouvrez vos oreilles et vos pupilles et allez faire un tour sur le site de David Trubridge. Les anglophones apprécieront la rubrique « About ».

Photos : Moa Design

Adresse Trackback de cet article :
http://www.good-news.fr/2006/se-meubler/david-trubridge/trackback/

 

5 commentaires :

Laissé par Renaud-Pierre
le 14 mai 2006 à 3:20

Bonsoir Léna, je découvre votre blog et aime beaucoup l’esprit.
Merci pour cette info, je ne connaissais pas cet artiste et suis véritablement conquis.
C’est avec un grand plaisir que j’irai voir un point de vente pour m’offrir un Glide…
faisant du kayak de mer, cela me fait penser à mes bateaux…
Très bonne continuation à votre blog.
à bien Tao…
Renö-Pi

Laissé par Matthieu
le 14 mai 2006 à 11:16

Tiens, ça alors, Renö découvre ton blog, et j’en suis sincèrement ravi (cf. commentaire de Renaud-Pierre). J’apprends qu’il fait du kayak de mer. Quel sportif!

J’irais aussi, tout comme lui, faire un saut certainement dans le même point de vente. Non pas forcément pour passer à l’acte d’achat, mais plutôt pour découvrir un lieu dans ma ville qui a l’intelligence de proposer ce type d’article éco-designé, dont j’apprend l’existence grâce à ce blog.

Merci au passage pour cette double preuve du média virtuel qui rejoint le réel.

Laissé par geneline
le 15 mai 2006 à 16:13

J’arrive de San Francisco sur votre blog: solide et rafraichissant!Bravo et merci a un blog un jour.

Laissé par geneline
le 16 mai 2006 à 3:06

Connaaissez-vous le projet deja bien realise de la foret urbaine a San Francisco? Vous pouvez en voir les grandes lignes et les liens sur mon blog ;je crois que ca pourrait vous interesser.

Laissé par Good-News.fr » Archives » Peau neuve ?
le 27 août 2006 à 21:58

[…] En fait, dans mon « voyage au pays de ceux qui changent le monde » (certains se souviendront), j’ai franchi une étape. Changer le monde, ce n’est pas seulement rêver avec de belles images comme le filet de brume ou des meubles éco-design. Maintenant, pour moi, c’est soutenir des innovations comme le traitement des déchets par méthanisation ou les processus améliorant la sélection des bactéries. Autant de sujets passionnants, mais qui s’accorderaient mal au ton volontairement plus léger de Good-news. […]

// Déposer un commentaire