// paniers bio

14.04.2006 // auteur : Léna // prendre soin de soi

radisfotolia.jpg

Fruits et légumes oubliés

Argan, bardane, blette, bourrache, cardon, chervis, chicon, consoude, crosne, cynorrhodon, grenade, kaki, merise, nèfle, ortie, panais, pâtisson, physalis, pissenlit, potimarron, pourpier, raifort, rampon, rutabaga, salicorne, scorsonère, sorbe, sureau, tétragone, topinambour, verjus…

Qu’ils sonnent bien, ces noms de fruits et légumes oubliés ! Quel merveilleux éventail de goûts, de textures et d’odeurs pour éveiller nos papilles ! Et si ce soir vous mangiez un gratin de blettes, un feuilleté de radis ou des médaillons de choux rouge poêlés ?

Diversité alimentaire pour tous

Sur 30 000 espèces végétales comestibles connues, 3 espèces fournissent 50% de l’alimentation. Cela est lié notamment au développement de l’agriculture intensive qui, privilégiant le rendement, sélectionne les variétés les plus productives. Mais quelles richesses et quels plaisirs gâchés !

Cela ne veut pas dire que nous ne consommions que des pommes de terre, des pâtes (blé) et du riz. Nous avons également le loisir d’acheter des bananes, des ananas, et même des fraises en hiver, au prix d’un transport coûteux et polluant. Nos modes de consommation s’internationalisent, mais tout cela est-il vraiment logique ? Les paysans du Sud n’auraient-ils pas plus à gagner en retrouvant leur indépendance alimentaire plutôt qu’en produisant pour exporter ?

Chacun sa formule !

Les paniers bio permettent de manger local, de saison et diversifié. Il s’agit de recevoir une fois par semaine un panier de légumes de saison produit par un paysan de votre région. Les offres se multiplient. Voici notre sélection, mettant en avant le plus de chaque formule :

S’investir dans son quartier, créer un lien ville-campagne
Les AMAP (Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne) sont des regroupements de consommateurs qui assurent les débouchés d’un paysan de leur région. Participer au mouvement réclame du temps, pour fonder puis gérer l’association (notamment la distribution qui se fait à tour de rôle) mais c’est l’assurance de créer un vrai lien avec le paysan, sa ferme… et votre propre quartier.

Participer à un projet social
Les Jardins de Cocagne sont des lieux d’insertion, qui donnent du travail à des personnes en difficulté par le biais de l’agriculture biologique. Bon compromis entre les différentes formules : prix « raisonnable », pas d’intermédiaire entre producteurs et consommateurs, moindre implication que dans les AMAP (sauf pour aller chercher votre panier une fois par semaine dans le dépôt le plus proche de chez vous).
Sur Paris et en région Centre, 3 jardins de Cocagne sont regroupés au sein de l’association « Paniers du Val de Loire ». Le panier coûte 12,50€ pour 5/6 variétés de légumes (et fruits en saison). L’abonnement est annuel mais vous pouvez faire un essai sur 6 semaines.

Retrouver les saveurs des légumes de grand-mère
Le Haut du Panier porte bien son nom. Les paniers coûtent de 38€ à 58€, selon qu’ils couvrent la consommation hebdomadaire d’1 ou de 4 personnes ! La sélection est belle, notamment en vieux légumes (bourrache, panais…). La livraison est effectuée à domicile le vendredi. Il n’y a pas d’engagement annuel. Le site propose également des épices, des fromages et quelques vins… Tentant mais cher. Peut-être pour un cadeau ?

Choisir ses légumes à la carte
Le plus de Natoora, c’est qu’il permet de composer son panier au choix. Les produits ne sont pas tous bio. Les producteurs sont moins « locaux » que ceux des autres sites. Natoora s’apparente plus à un supermarché (nombreux rayons : charcuterie, traiteur…) qui se fournit exclusivement après de petits producteurs. Livraison par Chronopost.

Sans souscrire aux paniers bio, suivez les saisons et consommez local ! Vous pouvez cliquer ici pour télécharger le calendrier des saisons des fruits et légumes.

Photo : (c) Harris Shiffman - FOTOLIA

Adresse Trackback de cet article :
http://www.good-news.fr/2006/se-nourrir/paniers-bio/trackback/

 

2 commentaires :

Laissé par LaLu's Blog
le 14 avril 2006 à 14:04

Mangeons intelligent…

Parce que nous sommes des animaux omnivores …

Parce qu’être omnivore ne signifie pas manger de tout tout le temps (des fraises en Janvier! des poires en décembre! ); comportement qui n’est rien d’autres que consommationiste (Ca se dit ca ?)…

Laissé par Naturel
le 15 avril 2006 à 8:18

Heureux de voir cet article.

si vous voulez contacter une AMAP :

http://alliancepec.free.fr/Webamap/index1.php

// Déposer un commentaire