// planète urgence

31.03.2006 // auteur : Léna // inventer un nouveau monde

planeteurgenceenfant.jpg

15 jours pour aider

Partir en mission humanitaire, vous y avez déjà pensé. Mais quand ? Et, pour ceux qui ne sont pas médecins, pour quoi faire ?

Voici quelques exemples de missions de 15 jours proposées par Planète Urgence : optimiser le site web d’une association béninoise d’éco-tourisme (projet n° 579), enseigner le français à des lycéens boliviens (projet n°299), répertorier les singes à ventre rouge dans la forêt ancienne de Lama (projet n°207)… La liste est longue, et nous avons tous une compétence utile, qu’elle soit professionnelle ou personnelle.

Vous commencez à être intéressé ? Voici la cerise sur le gâteau : si votre entreprise fait partie des 171 partenaires de Planète Urgence, elle financera votre mission, que vous réaliserez pendant vos congés payés ! C’est ce que l’on appelle le congé solidaire.

Si votre entreprise n’adhère pas, vous pouvez financer individuellement votre mission. Il vous faut alors débourser 1500€ pour devenir membre de l’association et y ajouter le billet d’avion, le tout déductible des impôts à 66%, soit un prix de revient moyen de 1000€.

Créée début 2004, Planète Urgence est la 1ère ONG qui traite de front l’aide au développement et la préservation de l’environnement, ce qui est essentiel puisque les écosystèmes sont souvent mis en danger par les habitants eux-mêmes, en quête de ressources économiques.

Quand l’entreprise prend conscience de son interaction avec son entourage

Pour celui qui part, la mission humanitaire est bien sûr l’occasion de donner, mais aussi de découvrir beaucoup sur les autres et sur soi, de prendre du recul sur sa vie. L’échange se fait dans les 2 sens.

Pour les entreprises qui participent à ce type de programme, c’est la même chose. Souvent fortement impliquées dans le développement durable, elles y voient un moyen d’affirmer leurs valeurs et de véhiculer une image positive vis-à-vis de leur salariés, clients et consommateurs. Mais de manière plus globale, la pratique du congé solidaire est surtout un moyen pour les entreprises de participer à la société civile. « Pourquoi ? », demanderont certains. Parce que les entreprises ne fonctionnent pas dans une bulle détachée du monde. Elles participent à un écosystème, et tout écosystème fonctionne de manière cyclique : ce que l’on émet finit toujours par revenir…

Partir en mission (et nouveaux mécanismes solidaires)

Planète Urgence propose 3 types de missions : la formation des adultes (baptisée « 1000 compétences pour le développement »), l’éducation des enfants (« sur les chemins de l’école ») et la protection de l’environnement (« soutenir la recherche et protéger la vie sauvage »). Pour connaître la liste des entreprises partenaires, cliquez ici. Bon voyage !

 

Et pour ceux qui ne partiront pas, sachez que vous pouvez désormais faire preuve de générosité par le simple fait de consommer ou d’être fidèle à un service. Exemples :

  • Le Crédit Coopératif propose une offre solidaire diversifiée, comme la carte de crédit Agir, par laquelle la banque verse, à chaque retrait, quelques centimes à une ONG de votre choix, ou le livret du même nom, dont la moitié des 3,08% d’intérêt est reversée et déductible des impôts.
  • Equitel propose aux entreprises une solution clé en main pour monter un programme de solidarité. 9 Telecom / Cegetel et SFR y ont adhéré et proposent de convertir vos points de fidélité en dons déductibles.
  • Sur le même mécanisme, le programme de fidélité sur internet Maximiles propose de donner vos points cadeaux à une ONG (rubrique solidarité).
  • Dernier exemple, qui va encore plus loin : l’UNICEF a donné son nom à un jus de fruit frais vendu chez Carrefour, Champion, Géant, Casino, Monoprix et Cora. Il coûte 2,35€, dont 0,20€ sont reversés, soit la totalité de la marge brute. Une initiative dérangeante mais qui a le mérite de drainer des sommes plus importantes que les autres mécanismes : 1 million d’euros sont attendus par l’UNICEF en 2006, selon Les Echos.

Photo : Planète Urgence

Adresse Trackback de cet article :
http://www.good-news.fr/2006/semerveiller/planete-urgence/trackback/

// Déposer un commentaire