// bloom

29.03.2006 // auteur : Léna // sortir // inventer un nouveau monde

BloomBook013200.jpg

Et si les futur se lisait dans les fleurs ?

Bloom est un magazine étrange et fascinant, dont la discrétion (pas de publicité, peu d’articles), la rareté (parution bi-annuelle) et le coût (56€) n’ont d’égal que la beauté époustouflante de ses photos de fleurs, véritables œuvres d’art, et la bouffée d’idées qu’il inspire. Car il s’agit bien, comme son nom l’indique, de fleurs. Des fleurs destinées à inspirer les professionnels créatifs de la mode et du design, dénichées et mises en scène par Li Edelkoort, grande prêtresse des tendances, et son équipe, comme autant de « signes avant-coureurs de l’avenir de l’homme » (Libération).

C’est très conceptuel, mais c’est magnifique. Les photos et les textes révèlent toute l’intelligence de la nature, qui sait créer des formes, des textures et des couleurs bien au-delà de notre savoir-faire. Quant aux tendances proposées, on en perçoit mieux le caractère avant-gardiste quant on les relit avec quelques années de recul ! Le n°3, paru en 1999, mettait par exemple en avant les multiples qualités du bambou, dont les usages se démultiplient actuellement, en particulier dans les textiles et la décoration.

La nature, source d’inspiration intarrissable

Bloom nous rappelle que la nature est une source d’inspiration infinie. Instinctivement, l’homme a toujours copié de ce qui l’entourait pour concevoir de nouvelles choses (les avions imitent les oiseaux, les usines imitent les fourmis, etc). Aujourd’hui, il semble que nous le redécouvrions, notamment avec le bio-mimétisme, science qui étudie les modèles naturels et les adapte pour répondre à nos besoins, formidable gisement de solutions innovantes et durables dans tous les domaines. Même les constructeurs automobiles s’y mettent : le dernier concept car de Daimler Chrysler, imite la forme du poisson boîte pour atteindre une aérodynamique inégalée…

Au-delà de la beauté et de la performance, Bloom nous révèle également le message symbolique des éléments naturels. La large feuille est signe de générosité, les racines de notre lien à la terre, le bambou de valeurs collectives, etc. Bloom ne nous invite donc pas à recopier des formes, des couleurs ou des textures, mais à créer un univers qui reflète ces valeurs. Nous y voyons une réinterprétation moderne des croyances ancestrales selon lesquelles chaque élément naturel est un signe. La différence est que ces signes ne nous imposent aucune dictature ou adoration : ils sont de larges voies ouvertes vers un futur possible.

Cultivez votre jardin !

Pour multiplier les goûts et les couleurs, cultivez les fleurs, plantes et légumes les plus variés et les plus rares grâce à l’association Kokopelli, « banque vivante de semences », qui recense 2 500 variétés de graines.

Si vous vivez en appartement, pensez aux jardins familiaux ! Gérés par des associations locales, votre meilleure chance pour obtenir des renseignements est de guetter les jardiniers de votre quartier. Sinon, adressez-vous à la Fédération Nationale des jardins familiaux.

Quant au magazine Bloom, il est édité 2 fois par an, autour de Novembre et de Mai. Il existe également un livre, le Bloom book, une horti-culture pour le 21ème siècle, paru en 2001, qui rassemble les belles pages des cahiers de tendance. A notre avis, il ne les vaut pas tout-à-fait, mais il a le grand mérite d’avoir été traduit en français !

Photo : Studio Edelkoort

Adresse Trackback de cet article :
http://www.good-news.fr/2006/sortir/bloom/trackback/

 

2 commentaires :

Laissé par Stéphane Bayle
le 29 mars 2006 à 8:33

Je confirme que le bio-mimétisme est une source d’innovations ainsi pas plus tard qu’hier soir j’ai assisté à une conférence consacrée à l’innovation chez Décathlon dans laquelle le bio-mimétisme fut évoqué en particulier dans le domaine du textile. L’étude de la fourrure de nos amis les ours a permis aux ingénieurs de la marque de proposer cet hiver des vêtements en fausse fourrure innovante.
cordialement

Laissé par Béatrice
le 3 avril 2006 à 9:58

Toujours impressionnée par la clairvoyance de Li Edelkoort, j’appréciais déjà « View » et « View on colour ». Avec Bloom c’est un nouveau monde qui s’ouvre à nous et je suis très heureuse que « good-news » en parle. Bravo !

// Déposer un commentaire